Madame, Monsieur,

Cher

(e)s ami(e)s

Depuis quelques jours se propagent des rumeurs voire des insultes à mon égard suite au recrutement de l’agent d’entretien du village de vacances.

Même si cela a été dit et redit, nous le répétons. L’embauche de personnel est un acte délicat et nous savons que le bonheur d’être l’élu est plus facile à assumer que la déception du perdant.

Mais nous sommes des élus ; la population nous a confié une mission et nous devons la remplir même si elle est parfois ingrate et ne satisfait pas. Nous l’avons choisi et personne ne nous la imposée.

            I. Le Martinet, çà marche comment ?

Je précise que je ne suis pas délégué au syndicat mixte qui gère toujours le village de vacances mais invité au titre de Vice Président de la communauté de communes.

Il faut savoir que la propriété du Martinet, le village de vacances, le restaurant et les terres appartiennent au « syndicat mixte des hauts gardons » ancien « SIVOM »; En principe dès 2010, ce patrimoine reviendra à

la Communauté

  de C. mais sans en modifier le mode de gestion.

Ceci pour dire que les décisions relèvent des délégués des 8 communes et non des élus de St Etienne même si ce patrimoine est situé sur sa commune.

Donc, personne n’est en position de force pour imposer ses choix personnels et c’est la règle des majorités qui s’applique comme d’ailleurs dans toutes les assemblées démocratiques.

            II. Dans l’ordre chronologique, comment les choses se sont passées ?

Faisant suite à la diffusion de l’appel à candidature et de sa clôture, chaque commune, représentée par des délégués volontaires, avait mission de « dépouiller » les lettres de motivation et les CV de chaque postulant.

Après ce premier tri, l’ensemble de la commission du Village de V. s’est réunie et, chaque délégué a fait valoir ses arguments et ses choix sur les postulants.

Ensuite, chaque délégué a émit un vote et permit de valider les 5 premiers postulants pour une audition devant la commission définitive d’embauche ; ce vote s’est déroulé sur la base de points attribué de 1 à ….

C’est lors de cette même réunion, qu’appel a été fait à volontaire pour constituer cette commission d’embauche mais restreinte celle-ci (un délégué par commune avait été souhaité) ; ensuite, elle a entendu les 5 candidats et a émis un nouveau vote (points de 1 à 5) et a produit le résultat que nous connaissons.

Voilà les faits, et pas plus moi qu’un autre délégué, même si nous avions tous nos « préférences » n’avions la possibilité d’imposer notre choix. Ceux qui le penser se sont trompés ou n’ont pas voulu le savoir.

Cela montre aussi que le jury a été attentif et sensibles aux arguments des candidats auditionnés pour prendre SA décision ; en effet, le candidat retenu n’est pas celui pressenti à la sortie de la première commission !

Maintenant, la décision et celle de la commission ; même si le résultat n’a pas été pour moi, comme pour d’autres, celui attendu le choix est fait ; il est légitime et démocratique. Chaque délégué doit s’en expliquer dans le respect des membres de la commission et rester solidaire ; c’est un peu trop facile de faire porter la responsabilité d’un échec à d’autres….      

III. comment notre groupe a fonctionné et quel a été l’impact de notre travail au sein de cette commission ?

Notre mode de fonctionnement est basé sur la transparence, la démocratie et la justice pour tous ; nous l’avions annoncé et rien de plus naturel que de s’y tenir.

Comme pour tous les dossiers, nous nous sommes réunis et nous avons étudié chaque candidature pour en retenir 4 ; en auditionner 5 fut le choix de la commission.

Notre sélection s’est appuyée sur les 3 critères suivants ; le 4ième étant une décision personnelle.

  1. avoir d’abord les compétences du poste ; c'est-à-dire avoir « le profil » en adéquation avec l’offre publiée ; autonomie, motivation, ….

  1. être demandeur d’emploi (ce critère n’était pas imposé mais il nous est apparu important de l’intégrer dans la réflexion compte tenu de la conjoncture)

  1. donner la priorité à des candidats de la commune à compétences égales; ils étaient deux et de plus, un était pompier volontaire comme le souhaitait le commandant du corps des SP de Mende.

  1. enfin, pour être totalement impartial, lors de l’audition je me suis abstenu de poser toute question aux candidats résident sur la commune.

Donc nous avons agi, comme toujours, dans le cadre de l’intérêt général, de l’efficacité et en cohérence avec nos idées de justice sans omettre un volet social chaque fois que cela est possible ; deux candidats de la commune, de notre sélection, figuraient dans le groupe des 5 auditionnés par la commission.

            IV. Conclusion

Je ne veux rien justifier mais dans cette affaire je n’ai fait que mon devoir de citoyen élu ; j’ai rempli une mission, comme tant d’autres, et tenu mon rôle en portant au sein de cette commission le résultat de la réflexion commune de mon groupe avec sincérité et loyauté.

Il faut quand même rappeler que le risque de ne pas être retenu dans une sélection d’embauche existe ; certes, se préparer à assurer le poste demandé est indispensable mais se dire également que l’échec est toujours possible.

Fait le 22 mai 2009

                                                                           

                                                                           Michel SALLES