Compte rendu du conseil communautaire du 29 novembre concernant le Martinet

A notre demande, en soutien à la fois à l’activité du site du Martinet et à son personnel,  une quinzaine de personnes de la commune est venue assister à ce conseil communautaire car l’ordre du jour numéro 2 concernait le devenir du village de vacances du Martinet. C’est le énième épisode du feuilleton, et la situation est complexe car une collectivité ne peut agir comme dans le domaine privé. Ceci pour dire qu’il est difficile, même pour les publics les plus attentifs de saisir toute les « subtilités » de ce dossier que nous suivons et défendons depuis plusieurs années.

Il est évident que nous restons à la disposition de toute personne qui souhaiterait des  compléments d’informations, afin d’expliquer la position qui est la notre et que nous souhaiterions être celle de l’ensemble de notre conseil municipal. Ce qui est important c’est de faire front commun, de tenir un discours de vérité, d’avoir un projet clair et cohérent, crédible et défendable, tant pour la négociation avec la communauté de communes que pour l’avenir du site et de ses personnels auprès de la population et des administrations qui nous aideront dans le financement de ce projet.

Michel, Vice Président en charge de ce dossier depuis 4 ans est totalement au courant des diverses tentatives de règlement de ce dossier Il ne peut laisser dire certaines contre vérités.  Qui aurait intérêt, à St Etienne, à « massacrer » le travail que nous faisons auprès de la Communauté de communes pour sortir ce village de vacances de la mouise. Un brin de tolérance pour les personnes avec qui nous travaillons, et un regard intelligent sur les actions menées (ou à mener), devraient, Michel l’espère, faire évoluer le discours de certaines personnes.

Toutes suppositions notamment sur l’historique de l’adhésion à la communauté de communes et le « il y a ka et il faut que » sont à écarter car elles ne font qu’entretenir de la discorde là où il ne devrait y avoir qu’unité et rassemblement. Nous avons beaucoup communiqué sur le sujet et celles et ceux qui croient qu’un autre choix d’adhésion aurait changé les choses se trompent. Si ce choix, plus que naturel au regard du travail en commun depuis plus de 40 années, n’avait pas été celui là, le syndicat mixte aurait été maintenu, gérerait encore le village vacances, et nous nous trouverions en face des mêmes personnes et avec la même représentation. C’est le résultat d’un rendez vous manqué voilà plus de dix ans que nous « payons » aujourd’hui.

Mais revenons au conseil du 29 pour dire que les délégués étaient totalement au courant de ce que le Président allait proposer, c'est-à-dire, la vente, et rappelons ses propos :

«  le président rappelle les nombreux travaux de la commission du village de gîtes du Martinet, du bureau et du conseil communautaire concernant la situation de cet ensemble et la recherche d’une solution permettant de garantir la pérennité du site privilégiant une maîtrise publique.

Différentes possibilités ont été envisagées : poursuite de la gestion directe, affermage, concession, bail emphytéotique, SEM, SPL, Partenariat Public Privé avec la caisse des dépôts. C’est dans ce cadre qu’il a été décidé de demander au Service du Domaine une estimation de l’ensemble du site du Martinet. Cette estimation a été transmise à l’ensemble des délégués, dès réception le 12 novembre 2013.

La valeur de l’ensemble est estimée à 786 000€.

Les gîtes, bâtiments et aménagements d’accueil sont estimés à 513 000€  et le camping 53 000 €  soit 566 000 €

Le président rappelle l’impérieuse nécessité qu’il y a à trouver maintenant une solution qui permette de maintenir l’ouverture du village de gîtes en 2014 et pour les années futures.

Il demande au conseil de se prononcer sur le fait de proposer, sur la base du prix fixé par le service du domaine, l’ensemble des gîtes, bâtiments et installations d’accueil, ainsi que le camping et d’entrer en négociation avec la commune de St Etienne Vallée Française avant que d’élargir l’offre de vente au cas où cette dernière ne serait pas preneur.

Nous avons donc peu entamé le débat même si Michel a fait remarquer qu’il aurait été plus « sain » de décider de la vente sans le prix….. D’une part cela n’a pas été accepté par le conseil communautaire, mais au final cela ne changeait rien puisque le prix annoncé est celui des domaines et qu’une collectivité ne peut vendre sans s’en référer à cette estimation (c’est la loi,) mais en sachant également  que tout est négociable.

      Voulant prendre une décision partagée entre les délégués, Noël GRAND, Jean Pierre HOURS, Michel SALLES (Gérard CROUZAT ayant choisi de faire « cavalier seul ») et les gens qui avaient fait le déplacement, Michel a demandé une suspension de séance de quelques minutes pour une rapide consultation des Stéphanois présents et dont certains risquent d’être impliqués dans le prochain conseil municipal. Cette suspension a été brève mais la proposition a été considérée positive au regard du choix que la communauté venait de proposer. C’est donc un oui unanime qui est sorti de cette suspension de séance

                       Sur 23 votants : 18 pour la vente, 1 contre et 4 abstentions.

  Il est regrettable que Gérard CROUZAT ait pris une décision inverse en lançant publiquement qu’il voterait contre car cette opération était « une arnaque »…..Pour être efficace, il est des situations  que l’on doit ressentir, évaluer, anticiper. Le résultat du vote montre bien que notre maire s’est sur ce point retrouvé bien seul. Nous regrettons que lors de l’interruption de séance il n’ait pas souhaité se joindre à nous pour qu’ensemble, habitants, personnels et élus nous puissions accepter la négociation qui, à notre avis est la seule chance de sauver le village vacances.

                                         Chacun jugera de ce comportement …..

Maintenant, la « balle » est dans le camp de la commune de St Etienne et ne « brûlons » pas les étapes. Faisons preuve de bon sens, de responsabilité dans ce dossier. Prenons d’abord le soin de nous respecter, de respecter nos interlocuteurs, car il ne faut pas oublier que nous appartenons à la même collectivité. Il faut savoir que nous sommes amenés à travailler ensemble encore beaucoup d’années (futur(e)s élu(e)s en 2014) et que ce n’est pas l’invective qui va régler les difficultés rencontrées. Ce qui importe aujourd’hui, c’est l’activité du site et les emplois.  

Nous allons travailler par étapes. Tout d’abord nous allons avoir recours à un diagnostiqueur qui va faire le bilan complet des installations et des bâtiments (énergie, gaz, amiante, électricité, ….) Une fois ces éléments connus, nous ferons le bilan des travaux nécessaires pour remettre le site aux normes d’un établissement recevant du public. Pour reprendre les propos surprenants d’un délégué communautaire que faisant référence à l’estimation des domaines : « si je vends ma voiture je la vends à l’argus ». Il semble oublier, comme nous l’a soufflé Emile,  qu’existe le contrôle technique, et que le véhicule doit être à cette occasion vendu « conforme aux normes en vigueur ».   Avec le diagnostic, nous aurons alors une meilleure visibilité de la valeur des biens, et des arguments à mettre en avant dans le cadre de la négociation.

Maintenant c’est aux élus de la commune de se « bouger ». Nous allons, nous l’espérons, arrêter les « cachoteries de clocher » et traiter ce dossier dans la transparence et la confiance réciproque car notre économie serait fortement mise à mal si ce site touristique n’était pas remis sur les bons rails. Souvenons-nous de LVT  en 2007, et ne reproduisons pas les mêmes erreurs « politiques »….. Il est urgent de rencontrer les personnes susceptibles de nous accompagner dans ce projet d’achat (Percepteur, Sous Préfecture, ….) car il faut faire « corps » autour de ce dossier.

Michel, vice président en charge du village vacances, a demandé et obtenu l’assurance au bureau de la CC du 5 décembre que la saison 2014 serait maintenue même si les modalités du fonctionnement ne sont pas encore connues et notamment celles du personnel. Nous ferons tout, et ensemble, pour ne pas rater cette saison qui commence dès le mois de Janvier

Voilà une nouvelle étape dans la longue histoire du village vacances qui s’ouvre devant nous. Ne ratons pas ce rendez vous  et soyons persuadés que ce n’est qu’avec du bon sens, le soutien des élu(e)s et de la population que nous réussirons.

 

                                                           Les délégués communautaires

                                                           Michel, Jean Pierre, Noël