Je repars sur les propos de Michel de la page précédente, sans pouvoir porter le moindre jugement, n’ayant aucun élément à ma disposition, mais étant persuadé que Michel saura apporter les preuves dont il parle pour rétablir la vérité.

   Il est un comportement enfantin, mais également bien connu des politiques, qui consiste à, lorsque l’on est à court d’arguments sur un débat, dévier du sujet, pour ne pas être obligé de répondre ou de prendre position, ce qu’a, consciemment ou non, fait le maire. Car en réalité, nous parlions de l’élargissement de la route au niveau de Cantarane. Ce sujet est débattu depuis de nombreux mois, des décisions ont été prises, adoptées majoritairement et devaient, selon le processus démocratique normal, être appliquées. 

Mais non, nous sommes à Saint Etienne, et rien ne peut être simple. Plus encore, il est habituel, de faire       et défaire, comme Pénélope, l’objectif décidé un jour pour le réfuter le lendemain. Sur le cas précis de Cantarane, nous avions décidé « des aménagements au niveau de deux virages sans visibilité reconnus dangereux et la pose d’une grille à la place d’un dos d’âne non signalé, probablement à l’origine de deux accidents. » Mandat est donné au maire pour obtenir des devis, nous les soumettre et lancer les travaux avant le goudronnage (enduit bi couche) prévu à l’origine début Septembre.

                             Jusque là tout est normal, sauf que…..

 

   Le devis fourni par l’adjoint aux travaux prévoit l’élargissement que nous avions refusé (la route devait faire sur 100 mètres plus de 5,50 mètres de large, et partout ailleurs 3,50m…)En plus, par inattention (soyons indulgents !) le maire a signé le devis de Galta sans le regarder, et a lancé les travaux.

Certains élus attentifs, intrigués, ont demandé à vérifier ces devis. Ils ont confirmé qu’étaient prévus des travaux que majoritairement, nous avions refusés. Le maire, reconnaissant son erreur, appelle Galta et annule les travaux.

                          Bravo, tout est bien qui finit bien, sauf que……

 

  Lundi 16 Septembre, nous apprenions que le maire redemandait d’élargir la route….Le vent tourne, ou il s’est fait engueuler ? La première adjointe, qui était contre l’élargissement, devenait pour…Le vent tourne encore. Dans cette ambiance de vents tourbillonnants, l’adjoint aux travaux ne se sentant plus, et parlant des « plantes rares » qui posaient problème pour l’élargissement de la route départementale vers le Martinet, annonça en réunion de bureau :

                                   « Ces écologistes, il faudrait prendre une corde et les pendre tous »

 

  Vous comprendrez, défendant des idées qui relèvent plus de l’écologie que du libéralisme économique, je me sois senti doublement visé. Tout d’abord en tant qu’élu qui participe au débat et défend des positions qui à mes yeux n’ont rien d’indignes. Ensuite, je suis étonné que ce genre de propos, proférés en réunion par le chef du centre de secours du village ne soient pas relevés par le maire et sa première adjointe, ses colistiers solidaires sur l’élargissement. Ceci m’amène à me poser, au regard de mon engagement connu pour le respect de l’environnement, certaines questions que je ne développerai pas ici !

 

  Pour les travaux de Cantarane, je rappelle que bien d’autres endroits de la commune méritent tout autant des aménagements, et que si on met en avant la sécurité, qu’on commence par la faire respecter en règlementant le stationnement dans les rues du village, tout particulièrement aux abords de l’école. Enfin, je certifie qu’il n’était pas nécessaire de goudronner les presque deux kilomètres prévus, et je suis tout à fait disposé à accompagner qui le demandera sur le terrain pour le montrer. Il est vrai que nous l’avons accepté, au bout du compte, car on ne peut pas se battre tout le temps, en particulier sur les aménagements routiers qui sont toujours l’objet de conflits interminables.

 On perd un temps et une énergie considérables, et au bout du compte c’est la collectivité qui est perdante par l’image qu’elle donne de son fonctionnement. 

 

                                Jean Pierre HOURS

 

 

 

 

AG SI 025  

Sur la première photo on voit la route actuelle (3,30/3,40 à cet endroit, 3,10 m au plus étroit, chiffres relevés par le maire) et la marque de l'élargissement, le point à droite du poteau (1,80 m sur le devis), soit plus de cinq mètres de large, sans pour autant possiblité de se croiser. pour info, la voiture du maire, pas particulièrement petite, à une largeur de 1,78m. Les gros camions font 2,50m de large. Par contre, il est certain que le virage au bout de la ligne droite est dangereux et mérite que l'on facilite la visibilté au niveau du poteau double. 

 

 

AG SI 032 

 Il en est de même à ce virage, entre l'embranchement d'Auriol et de Brues. L'aménagement de sécurité consistait à remblayer légèrement dans le virage pour libérer la visibilté. Les employés communaux pouvaient faire tout ça.