Rencontre avec l’inspecteur d’académie

à Mende le 24 Mars, 15 heures.

  Mercredi 24 Mars, une délégation d’élus et de parents d’élèves était reçue par l’inspecteur d’académie. Gérard Crouzat, maire, Jean Pierre Hours, élu, Angélique Meynadier et Isabelle Rebourcet, parents d’élèves composaient la délégation.

  Un petit retour en arrière pour quelques remarques que j’ai présentées à notre maire au sortir de la réunion. Si nous voulons vis-à-vis des interlocuteurs institutionnels être crédibles, nous devons sur ces dossiers agir tous ensemble, et préparer nos interventions, chacun dans son rôle…parents d’élèves, élus…c’est ce que nous avons fait avant la réunion. Or……….

 

  A la réunion des parents d’élèves de Vendredi, nous avons décidé de prendre rendez vous chez l’inspecteur d’académie. Quelle ne fut pas la surprise d’Angélique de s’entendre dire que le maire avait déjà un rendez vous…pris depuis plusieurs jours…. Il aurait pu nous en parler à la réunion !

Réponse que me fait le maire le soir même à la réunion de Droubies…

         « Je vais vous expliquer, c’est pour le collège, mais c’est secret…. »

Tout d’abord, à une rencontre pour le collège, on doit associer la conseillère générale, car les collèges dépendent du conseil général. L’argument "c’est secret" je le rejette totalement, car nous sommes dans le domaine public, et vouloir travailler seul dans son coin n’est un rien le rôle  d’un élu qui au contraire doit œuvrer dans la transparence la plus absolue (sauf CCAS bien sur).

A Angélique, le maire a répondu :

               « C’est un rendez vous pour les 50 ans du collège »

J’aimerais bien savoir ce qu’il peut y avoir de secret dans l’organisation du cinquantenaire du collège ? Pourquoi les enseignants, l’administration du collège sont ils mis à l’écart de cette démarche ?

Et puis, franchement Gérard, ne pensez vous pas qu’au moment il y a menace de fermeture ou de précarisation de trois postes d’enseignants dans notre village,

il serait plus opportun de demander une audience à l’inspecteur d’académie

pour essayer de sauver ces postes, plutôt que pour le cinquantenaire du collège ?

    Nous nous sommes donc retrouvés à 14h15 au café du commerce pour préparer notre argumentaire et savoir qui parlait de quoi.

  *Le maire ouvrirait le débat et parlerait de l’effort de la commune pour l’école et les enfants en général (bâtiments, garderie, crèche, centre de loisirs..).

  * Les parents d’élèves exprimeraient leur attachement à l’école, répondraient aux arguments chiffrés,  montreraient que pour les nouveaux arrivants l’école était étaient un élément essentiel de leur décision d’installation dans la commune, et défendraient le troisième poste.

  *Jean Pierre Hours parlerait de la place de l’école et du collège  dans le cadre du développement économique de la commune, et des projets en cours pour attirer des populations avec enfants.

  Nous avons tous eu la possibilité d’exprimer nos points de vue et de souligner notre attachement à l’école. L’inspecteur d’académie, gestionnaire des finances publiques nous répond qu’il doit assurer le service d’éducation avec une enveloppe budgétaire précise. Il nous rappelle que ce sont les députés qui votent les enveloppes budgétaires dont il dispose. Dans un souci d’équité, il essaye de répartir ces moyens en fonction des besoins. Les effectifs, même s’ils sont stabilisés, ne plaident pas en notre faveur. Il ne nous a pas laissé entrevoir d’issue favorable à nos remarques.

  A la sortie de la réunion, j’ai demandé au maire de solliciter une rencontre avec le sous préfet et avec le député  sur le service public dans notre commune.

                                 Texte rédigé par Jean Pierre HOURS