De quoi, réfléchir !

  Depuis le dernier conseil municipal du 26 Juillet, bien des choses se sont déroulées, et méritent communication.

  Le lendemain du conseil municipal, Danielle Vialet, première adjointe, ordonnait à la secrétaire de mairie que soient notés et communiqués au maire tous les documents que nous (les élus de la liste de Michel Salles) venions consulter en mairie. Elle imposait également à la secrétaire de mairie une surcharge de travail dont nous aborderons le détail au prochain conseil municipal. Dès le lendemain, je me rends à la mairie, consulte délibérément le dossier « maison de retraite » que je trouve étonnamment vide…Je rencontre le maire pour lui faire part de ma profonde désapprobation sur le « flicage » du travail des conseillers municipaux imposé par sa première adjointe, et lui rappelle que nous avons le droit, je dirai presque le devoir, de consulter les dossiers sur lesquels nous travaillons en conseil. Sur ce nous descendons au secrétariat et le maire revient sur les propos de la première adjointe demandant à la secrétaire de mairie que les dossiers que nous consultons ne soient pas soumis à « fichage ».

  Parmi les documents dont je demande communication, figurent les devis de l’équipement concernant la route de Droubies, et le dernier courrier avec

la SELO

dont nous avait parlé sans détails le maire, au sujet du prix de vente de

La Fare.

Ce

courrier ne figure pas dans le dossier de

La Fare

, et la secrétaire de mairie ne s’en souvient pas. Le maire, après l’avoir cherché, me répond qu’il l’a égaré……

 

  Pas de problème…Je téléphone à

la SELO

pour demander copie du courrier. Le fax arrive le lendemain, incomplet, mais est révélateur de la part de notre maire de comportements  que je laisserai à chacun le soin d’apprécier. Le courrier que je reçois sur

la Fare

n’a rien à voir avec celui que j’attendais.

  Nous travaillons avec l’ensemble du conseil municipal sur un projet de valorisation du site de

La Fare. André

du Gallinou a été reçu mi Juillet par le maire et Ardoine Clauzel pour présenter un superbe projet agricole avec installation d’un maraîcher, création d’un groupement agricole, etc…Le maire, aussi bien auprès d’André que plus tard en réunion au village vacances a semblé trouver la proposition de qualité. Ce même dossier, André est également venu le présenter aux élus de notre groupe la semaine suivante.Il a reçu notre soutien le plus total. Nous l’avons transmis à la communauté de communes. Avec le maire nous avons également abordé le devenir de

La Fare

  dans le cadre des réunions inter communautaires sur le village vacances, avec toujours la même volonté de donner à ce site une vocation maraîchère, en relation avec la cantine bio du collège, etc….Mais il était nécessaire pour cela de l’acquérir, donc notre volonté de retrouver ce courrier de

la SERLO

où était proposé un prix de vente.

Quelle ne fut donc pas ma surprise de lire, dans le courrier de

la SELO

« perdu par le maire », en date du 15 Juin :

Objet : mise en valeur d’un bâtiment communal (

La Fare

) à usage des personnes âgées.

  Dans son courrier

la SELO

renvoyait au maire une analyse sur un projet communal pour personnes âgées à

La Fare

(alors que seule l’intercommunalité aurait les moyens d’un tel projet) Ce projet serait mené en liaison avec la maison de retraite de Saint Jean du Gard (on finance avec de l’argent public et on fait gérer par le privé….)

La SELO

répond : « j’ai l’honneur de vous transmettre une première analyse très succincte compte tenu de l’imprécision du projet »

                           Encore selon

la SELO

« il convient d’être très prudent pour ce projet de logement foyer compte tenu des risques financiers encourus par la commune »

  Tout cela se fait entièrement dans notre dos. Pourtant, avec le docteur Maréchal et une personne mettant à notre disposition ses compétences, nous avons été conviés aux réunions, nous avons parlé d’un terrain de Mr Filhol, mais jamais du projet de

la Fare

, déjà abordé le mandat précédent et abandonné car la réhabilitation du bâti ancien était plus onéreuse que construire en neuf. Comment à présent défendre ce dossier auprès de la communauté des communes, si le maire veut développer seul un projet communal, sans concertations.

  Le pire, pour ne pas dire le plus grave. Aucune trace en mairie des documents que je cite. Le maire, dans une volonté claire de dissimulation de documents, se fait adresser les courriers à son domicile. Pourtant ceux-ci présentent bien un aspect officiel, puisqu’ils sont conclus par

la SELO

:

   « Veuillez agréer, monsieur le Maire…. »

  Je compte bien soumettre ces fait à la sous préfecture de Florac

                    Fait le 4 Août     Jean Pierre Hours

Suite au courrier de

la SELO

, nous avons le lendemain, Michel salles, Nadou Nory et moi même rencontré le maire Gérard Crouzat.

La réponse de gérard Crouzat

1/ Il a enfin retrouvé le courrier, avec analyse jointe. Il refuse de nous communiquer l'analyse. Il prétend que ce sont simplement des documents du conseil général.

2/ Il n'a toujours pas retrouve l'autre courrier sur lequel

la SELO

fait une proposition de prix au sujet de la vente de

La Fare.

3/ Dans le courrier qui lui a été envoyé, c'est Mr spirito de

la SELO

qui s'est trompé. Mr Crouzat ne s'explique pas le fait que l'objet de la lettre soit:

"mise en valeur d'un bâtiment communal

à usage des personnes âgées"

Mr Crouzat a effectivement rencontré Mr Spirito à Mende, et, n'ayant pas le temps d'aller en sous préfecture quérir des documents qu'il souhaitait sur les maisons de santé, a demandé à Mr Spirito de transmettre sa demande au conseil général. Les documents sont donc partis du conseil général à

la SELO

, qui les a ensuite envoyés à l'adresse personnelle de Mr Crouzat, car il considère que ces documents étaient pour son information personnelle. Nous n'avons donc pas communication des documents, mais je suis étonné car Mr Spirito dans son courrier ne parle pas de documents mais

                             "d'une première analyse très succincte."

  Mr Crouzat nous a affirmé que pour lui il n'était pas question de foyer logement pour personnes âgées à

la Fare

!

  En conclusion :

  Je pense savoir lire, et je suis persuadé que lorsque que Mr Spirito écrit, il a des responsabilités et une pratique de la langue française qui ne lui autorisent pas, dans un seul courrier, le nombre d’erreurs de vocabulaire ou de compréhension dont le maire voudrait l’accabler.

   Il ne parle jamais de documents d’information du conseil général.

Par contre :

   Il parle d’un bâtiment communal pour personnes âgées.

   Il parle d’une relation avec Saint Jean du Gard, il ne l’a pas inventé.

   Il parle d’une analyse succincte, cela n’a rien à voir avec des                    documents du conseil général.

  Il parle de l’imprécision du projet. On lui a donc présenté un projet et comme il répond sur

la Fare

, J’en conclus, contrairement à ce que nous affirme Gérard Crouzat,

Le maire a bien présenté à

la SELO

un projet de foyer

pour personnes âgées à

La Fare

,

   

                                                             Jean Pierre Hours le 5 août