50/50 journal d’information d’élus de la commune de St Etienne Vallée Française

N° 2 Avril 2009 ISSN : 2100 - 0913

+ 17,7 % d’augmentation des impôts à St Etienne! Est-ce possible?                                                                                                     

Oui

Si une fois de plus nous n’avions pas arrêté M. le Maire dans sa fantaisiste gestion municipale….

Comme chaque année en mars, le budget communal se retrouve sur toutes les tables des conseils municipaux, le 31 étant la date limite pour l’approuver ou le rejeter. Le budget communal permet d’assurer recettes et dépenses pour le fonctionnement des services de la commune. Il est ensuite régulièrement suivi et contrôlé par les services de la trésorerie sur proposition du Maire. En fin d’année, un document « le compte administratif » comptabilise au centime près les recettes et dépenses de la commune.

La logique voudrait que le budget soit préparé et « discuté » avant son vote. Dans les communes de + 3500 h un débat d’orientation est obligatoire. Dans nos petites communes, rien n’est prévu et nous avons découvert un avant projet budgétaire que le 30 Mars au soir. Vous comprendrez que dans de telles circonstances il est difficile, voire impossible de se prononcer sur le fond du sujet.

  Pour un travail sérieux, la convocation du conseil municipal doit être accompagnée des pièces utiles à l’étude et à l’exécution de l’ordre du jour, en l’occurrence, le détail du budget prévisionnel.

  Compte tenu que l’abstention n’est pas comptabilisée comme un vote exprimé, ceci ne gène pas l’adoption du budget ; c’est dans la plupart des cas, la position que les élus de l’opposition émettent lors de ce vote.

  Malgré ce postulat, le groupe de l’opposition du Conseil municipal de St Etienne est resté libre de ses choix et le résultat du vote du budget a été le suivant :

            6 voix pour 

   1 contre et 4 abstentions.

   Le budget est donc voté mais, contrairement à l’année dernière où il avait fait l’unanimité, ce résultat marque un net recul dans la confiance témoignée au maire par le groupe d’opposition.

   La politique, comme certains se plaisent à le dire, n’entre pas en ligne de compte. Les budgets des petites communes diffèrent peu d’une équipe municipale à l’autre.

Par contre, ce résultat reflète bien  l’ambiance et les comportements du maire à notre égard. Nous ne reviendrons pas sur l’ensemble des sujets qui justifient ce résultat.

  Par contre, le vote « contre »  majoritaire, remet en cause la légitimité du budget mais également celle du Maire.

  En effet, dans ce cas, c’est la cour des comptes et

la Préfecture

qui prennent le relais dans la gestion de la commune. Ensuite, vient une décision sur le devenir du conseil municipal (démissions, vote….) Pour plus d’information, vous pouvez suivre l’exemple actuel de la commune de Lédignan dans le Gard, où de nombreux élus adjoints ayant perdu la majorité ont démissionné.

Mais que s’est-il passé à St Etienne les 30 et 31 mars? 

  Petit tableau d’explication, et rappel, sur l’évènement qui aurait pu vous coûter 17,7 % d’augmentation de votre impôt local si nous n’étions pas intervenus

Proposition du maire  (rejetée)


Taxes en %

Taux 2008

commune

Taux communauté communes

Taux commune 2009

Taux payé contribuable

En 2009

Taxe habitation

6,35

1,35

6,35

7,7

Taxe foncier bâti

15,47

2,84

15,47

18,31

Taxe foncier non      bâti

300

44,71

300

344,71

Taxe professionnelle

16,95

2,17

16,95

19,12

Notre proposition (adoptée à l’unanimité)


Taux 2008

commune

Taux communauté communes

Taux commune 2009

Taux payé contribuable

En 2009

6,35

- 1,35

5

6,35

15,47

- 2,84

12,63

15,47

300

- 44,71

255,29

300

16,95

-  217

14,78

16,95

17,7 % d’impôt local que le Maire voulait vous faire payer en plus.

   Cette mesure était d’autant plus injuste qu’elle ne se justifiait pas ; bien au contraire, la communauté. va prendre, progressivement, des dépenses liées à ses compétences et la commune n’aura plus à en assurer le financement, donc       

  Moins de recettes…

       mais moins de dépenses…

Il était donc logique et juste que l’impôt prélevé par

la C. C.

se retranche au lieu de s’ajouter comme le Maire l’avait compris et proposé….

La décision du Maire était donc injuste et inacceptable sur le fond

Mais comment cette grossière erreur allait-elle être présentée devant le conseil le 31 ?

Nous savions, que compte tenu de l’habitude de M. le Maire de s’attribuer le bien fondé de nos actions, de ne jamais reconnaître ses erreurs, ni de se remettre en question, il allait s’octroyer la paternité de notre action en faveur du maintien de l’imposition à son taux actuel pour le contribuable …!

  Eh bien gagné, c’est sans y faire allusion, sans parler de notre intervention, qu’il présente les taux au vote.

  Alors, une fois de plus nous allons « essuyer » des critiques en dénonçant cette indécente attitude envers notre groupe.

Nous ne recherchons pas « la gloriole » mais nous voulons que les choses soient à leur juste place ; que la population sache et puisse se rendre compte des situations quelques fois ubuesques auxquelles nous sommes confrontés. Nous ne faisons là, que notre travail d’élu !... et d’opposition constructive puisque nos interventions sont les plus souvent reconnues judicieuses et approuvées.

  Notre envie de voir justice rendue, rigueur budgétaire appliquée et honnêteté affichée envers les administrés, l’a emporté et nous ne regrettons pas ce geste même si très injustement, le Maire s’en attribue l’origine.

                                                                                              Michel Salles

     Nous sommes engagés dans une parution plus régulière de notre journal d’information municipale. Nous voudrions que paraissent des articles variés: informations, patrimoine, culture, vie associative, pages ouvertes sur divers sujets, tout en travaillant sur la qualité des articles et de la présentation

  Nous faisons appel à votre soutien pour participation libre aux frais de reprographie.

   ( contacter Jean-Pierre HOURS   

la Bouriette

    0466429586)

 


Le budget prévisionnel 2009

La Communauté

de communes 

  Le fonctionnement d’une CC est basé sur le principe de mutualisations des moyens qui lui sont attribués par l’ensemble des communes membres. A compter de 2009, la communauté prélève donc un impôt sur les 4 taxes.   

  En plus du côté financier, la commune bénéficiera également des supports techniques (études en général, matériel,  employés communaux…)

  Certes, la première année est plus délicate, car il y a un temps d’adaptation à acquérir. Notre entrée en communauté nous garantit également le maintien de certaines ressources d’état (dotations diverses) pour la commune.

  Nous pensons donc, plus qu’accessible, la possibilité de « rentrer » dans nos fonds dès cette année et sans augmentation de l’impôt comme cela a déjà été dit. Nous avions pris cet engagement pendant la campagne électorale ; nous l’avons tenu et c’est bien là l’essentiel.

   Le budget général (M14)

  Un budget communal comprend 2 grands chapitres : le fonctionnement et l’investissement. Ensuite, il y a, pour St Etienne, le budget de l’eau, du CCAS et du lotissement de l’enclos.

  Pour 2009, ce budget, est dans la continuité de 2008 et sans augmentation malgré des avis différents sur le principe. En effet il n’est pas incohérent d’augmenter progressivement les impôts locaux afin de suivre, ne serait-ce que l’inflation. Toutefois, le budget progresse automatiquement par l’intermédiaire des bases d’imposition

  Il faut préciser que le budget communal est voté en mars mais qu’il prend en compte les factures depuis le 1ier janvier ; ceci peut expliquer certains « décalages » entre la réalisation de certains travaux et le solde des comptes.

  Le budget n’est qu’un document prévisionnel ; il doit être présenté en équilibre entre recettes et dépenses sous peine d’être rejeté. Il intègre le montant des subventions mais celles-ci ne sont pas toujours connues précisément lors de l’élaboration du document.

  Il faut être « prudent » dans sa lecture car il arrive que des programmes soient modifiés ou annulés, donc les dépenses jamais réalisées et les emprunts jamais contractés.

  Il faut donc « interpréter » sa lecture et comprendre que les dépenses ne sont pas toujours finalisées en l’état et qu’elles sont étalées dans le temps.

  Ceci pour expliquer que le total du budget peut paraître « démesuré » au regard des possibilités financières de la commune. Pour être concret il faut toujours faire référence au compte administratif, qui est le seul document reflétant la réalité des recettes et des dépenses d’une commune.

  Le budget d’investissement

C’est celui qui sert à réaliser les projets structurants sur la commune ;(voirie, écoles, cimetière ….) c’est aussi celui qui perçoit certaines dotations spéciales et subventions venant de l’état, le conseil général, la région…Son montant varie considérablement d’une année sur l’autre et le chiffre retenu au budget a peu de signification car il faut toujours reporter les « restes à réaliser » des années précédentes. 

Le budget de fonctionnement

C’est celui qui sert, comme son nom l’indique, au fonctionnement des services de la mairie ; cela va du personnel à la plus petite facture. Une vingtaine de recettes différentes le constituent,   dont impôts locaux 115 067 €,  pour un total de 532 273€.

      Le personnel.

   Nous avons été attentifs sur les augmentations des dépenses et notamment en personnel. Le poste créé, à mi temps et l’embauche de Contrats d’Aide Emploi se sont faits avec notre accord et à l’unanimité. Ils font passer le poste personnel de 164 017 à 182 418 € soit une progression de 11 % ; le personnel représente maintenant 34 % du budget de fonctionnement ce qui reste raisonnable et correct.

Ces nouvelles embauches permettent :

- de pérenniser un emploi technique (ex CAE) pour l’entretien du village

- développer les pôles culturels, associatifs et sportifs de la commune.

   Le budget de l’eau (M49)

Depuis quelques années, le budget de l’eau n’est plus intégré au budget général et doit s’autofinancer, il est donc constitué de deux sections ; exploitation et investissement.

En simplifiant on peut dire qu’il doit dépenser ce qu’il perçoit   des usagers ; c'est-à-dire le montant des recettes de la distribution de l’eau potable et de l’assainissement.

  Mais Il peut aussi, comme pour le budget général, recevoir des subventions d’investissements pour des travaux structurants de sa compétence et en provenance d’autres sources comme l’ADEME, conseil général….

Le budget du lotissement de l’enclos

Ce budget est reconduit mais en « sommeil » . Ce lotissement doit faire l’objet d’une étude complémentaire intégrant d’autres formes de construction (location vente, éco habitat…) mais rien n’est pour l’instant décidé. 

Le budget du CCAS

Il ne sert qu’à la manifestation festive des personnes âgées et son montant est prélevé sur le budget général de fonctionnement ; il est d’environ 4000 € par an.

    En conclusion

Le budget d’une commune est quand même un document très détaillé et il n’est pas possible de tout indiquer.

  Mais, dans la perspective de toujours mieux vous informer vous pouvez nous communiquer votre adresse courriel à

Michel-salles2@orange.fr

qui pourra vous transmettre régulièrement des informations sur la vie communale et intercommunale.

Vous pouvez aussi consulter le blog :

http://www.stetiennevf.canalblog.com/

et nous allons renouveler notre demande pour l’installation de panneau d’affichage dans les quartiers.

  Vous savez que malgré des difficultés de fonctionnement au sein du Conseil vous pouvez compter sur nous pour faire avancer et améliorer les dossiers et porter haut et fort les principes de la démocratie participative.

  Nous n’avons pas arrêté de projets intercommunaux mais nous ne manquerons pas de vous consulter le moment venu . Nos projets sont pour l’instant embryonnaires mais celui de la réhabilitation de l’ancienne mairie, la création d’une zone artisanale,

la Fare

, le transport collectif, la crèche, le pastoralisme, un programme d’environnement comme la réhabilitation des lavoirs, les marchés d’été….ne sont pas perdus de vue.  Nous allons présenter nos projets au conseil municipal, les faire valider et ensuite les porter au sein du conseil communautaire

Nous comptons sur vous, vous pouvez compter sur nous

                                                        Michel SALLES

Vie associative


" L'association Sports et Cultures en Vallée Française organise

du 29 mai au 31 mai son tournoi annuel et amical.
A cette occasion, l'association fêtera ses 25 ans de création. Le tournoi sera donc plus court mais devrait être plus intense avec entre autres, d'autres animations exposition, matchs de tennis de table, match de tambourin, match de badminton ... et autres idées qui seront les bienvenues. Pour cela il nous faut de l'aide.
Donc, nous faisons dores et déjà appel aux bonnes volontés désireuses de nous donner un coup de main pour l'organisation de cette manifestation.
        Une réunion de préparation va bientôt
 avoir lieu. "

Déchèterie de Sainte Croix

Ouverte le: *Mercredi après midi 14h à 17 h, 18 h l’été *Samedi matin 9 h à 13 h.

Cinéma

Projection du film « Nos enfants nous accuserons » Dimanche 19 avril à 17h30 Salle Polyvalente de St Etienne Vallée Française

Un fauteuil, pas besoin !      

                             Une chaise, oui !

                                               Un strapontin, jamais

Notre conseil municipal vient de voter le budget communal  primitif de l’année 2009. Je n’ai pas voté ce budget, souhaitais même qu’il ne soit pas adopté, et tiens à expliquer ma démarche.

  Nous avons, en 2008, voté le budget pour permettre au conseil municipal de continuer les actions mises en place par la municipalité précédente, et permettre à notre assemblée municipale de se mettre en ordre de marche pour aborder l’année 2009 dans de bonnes conditions. Cette année d’observation et d’actions s’est avérée catastrophique au regard des relations au sein du conseil municipal. Dans un tel contexte mon analyse pour les années à venir est fort pessimiste. Peut être ai-je pour notre commune trop d’ambitions, trop d’idées à faire émerger, trop envie de travailler avec la communauté de communes, le pays, trop envie de chercher un peu partout des idées novatrices, une trop grande conviction dans le fait que le développement économique de notre territoire ne passera que par une plus grande valorisation de son patrimoine, et donc la nécessité de le préserver. Je n’ai  aucune envie de cautionner une méthode de gestion, un niveau d’ambitions qui correspondent au fonctionnement  municipal d’une génération précédente. Je n’ai aucune envie de faire ressortir des idées, de mûrir des réflexions qui ensuite seront portées à l’actif unique du maire et de son équipe. En effet celui-ci est bien content d’avoir des conseillers qui portent sur la table de nombreux projets, mais à condition qu’ils restent sur leur strapontin, des « nègres » de l’action municipale, et je vais reprendre un peu la chronologie des situations.

  Le premier grand accrochage s’est déroulé en Juillet au moment du débat sur le PNC. Le nouveau décret vient de sortir, ou va sortir sous peu. Je mets au défi le maire de nous dire en quoi les propos tenus au cours de la réunion concernaient notre commune, en quoi ses remarques, ses participations à des manifestations ont fait évoluer les articles concernant directement les contraintes liées à notre territoire. Il sera bien embarrassé, car le décret ne concerne aucunement notre commune. Je le mets donc au défi d’organiser à nouveau une réunion, avec des responsables du PNC, pour enfin rétablir la vérité. S’il veut aller manifester, il ferait mieux de le faire lorsque nous montons défendre nos services publics, nos écoles. A partir de maintenant nous allons travailler sur le décret relatif à la zone optimale d’adhésion, celui qui  concerne notre territoire.

  Le second accrochage est relatif à notre adhésion à la communauté des communes. Mr le maire nous a fait croire que nous allions travailler ensemble pour rechercher la meilleure solution pour notre commune. En réalité il avait tout décidé avant même que nous en discutions, nous a mené totalement en bateau, a organisé une réunion à laquelle une seule communauté était représentée. Bien d’autres péripéties, fausses vérités (les impôts vont augmenter, pour le village vacances on va droit dans le mur….) ont émaillé cet épisode. Encore merci à toi, Maguy, car quand je vois les projets de la communauté, quand j’entends parler son président Mr Pfister, je suis fier de notre choix. Il faut savoir quand même qu’en Décembre la première adjointe nous a dit :

«  On est allé trop vite, si vous nous aviez laissé trois mois de plus on serait peut être venus avec vous sur la communauté des Hauts Gardons ! »

   Quelle conviction et quelle rapidité de décision. On en parlait déjà au cours de la campagne, alors si en presque un an vous n’arrivez pas à être persuadés de vos choix, on peut se faire du souci pour la suite .

  Nous avons ensuite participé à la réflexion sur de nombreux autres dossiers. Notre groupe a demandé le retrait dans sa forme actuelle (accès à la propriété) du projet de lotissement avec 7 lots, faisant remarquer qu’il était pour notre école, notre collège, plus important de proposer du logement locatif ou en accession à la propriété  pour des jeunes. Nous réfléchissons avec l’association « hameaux durables en Cévennes » à un projet attractif pour les populations que nous souhaitons attirer au village.

  C’est notre groupe qui a demandé que tout chemin relevant du domaine public reste dans le domaine public (affaire Lafont de Cantarane). Il est hors de question que nous privions les générations futures de ce patrimoine que nous ont transmis nos anciens.  C’est également notre groupe, qui insiste pour que toute modification de chemin, de terrain, soit cadastrée, régularisée (chemin du Ranc des Avelacs). Que tous travaux de goudronnage ne soient effectués que sur des voies communales et publiques, et en aucun cas privées.  C’est notre groupe qui s’offusque des travaux gigantesques et inesthétiques effectués sur nos chemins et soutenus avec enthousiasme par notre troisième adjoint, qui de son côté rejette en bloc NATURA 2000, patrimoine de l’UNESCO, parc des Cévennes. Pratiquant le VTT, je peux vous assurer que des travaux réalisés avec un tel mépris de l’environnement, il n’y a qu’ici que j’en trouve autant.

  A ce sujet, parlons un peu de la vieille morte. Piste DFCI, puis piste forestière privée. Oui, privée, mais qui passe sur la voirie communale. Qui va payer pour l’élargissement uniquement destiné aux 40 tonnes des entreprises de scierie ?

Les contribuables de Saint Etienne. 

Qui l’a décidé. Pas nous, car nous n’avons été informés de rien, rien en un an de conseil municipal. Même les riverains n’étaient pas, pour la plus part, informés de la fermeture en toute urgence de la route. Qui va payer la réfection  des chaussées après le passage, pendant plus de 10 ans, de grumiers de plus de 40 tonnes?

       Le contribuable.

Circulez du Pendedis à la croix de Borrel, regardez actuellement l’état de la route après le passage de camions. Vous comprendrez ce qui nous attend. Mais qui soutient l’intérêt d’une piste hyper large dans la foret de la vieille morte, patrimoine de L ’UNESCO et site protégé NATURA  2000 ?

    Ce n’est pas notre groupe.

Qui dit le Lundi devant 15 personnes dont 4 gendarmes qu’il faut arrêter les travaux, que c’est excessif, qu’on n’avait pas besoin d’en faire autant,  et le Vendredi qu’il faut continuer les travaux, que nous sommes des excités:

        Notre maire.

Bravo Mr le Maire, c’est ce qu’on appelle avoir des convictions !

   Qui annonce en conseil qu’on va construire un réservoir DFCI, qu’on paiera une part sur ce réservoir, mais en contrepartie pas le goudron du col des Croisilles. Pas le maire ,même lui  n’était pas au courant. C’est notre troisième adjoint. Le conseil municipal, une fois encore, est mis devant le fait accompli.

         INACCEPTABLE !

  Normalement, au budget, les  travaux à venir figurent. Nous délibérons dessus, nous votons des crédits pour des études. Sur ce dossier, rien de tout ça: une seule personne décide, le prix, on paye pour le réservoir mais en réalité ça paye la route (quels prix, on ne sait rien). Je suis persuadé que ni le percepteur ni la préfecture apprécieront ce mode de fonctionnement.

  Ne pensez pas pour autant que je suis contre les chemins, les pistes forestières   raisonnées , ou l’exploitation de nos forêts… Lisez l’article: « comment concilier écologie et économie »

  L’école. Je pense avoir quelques compétences pour la défendre. Instit, délégué syndical, habitué à discuter avec les inspecteurs d’académie. On nous menace de fermeture de poste. Courrier de Mr le Maire à l’inspecteur d’académie qui dit :

« …c’est vrai que nous n’avons pas d’emplois… »

  .Pour défendre un poste à l’école, franchement, il y a mieux comme propos. Au conseil municipal, Mr le maire nous dit qu’il écrira un nouveau courrier. Je demande que nous sollicitions une entrevue. Nous sommes reçus le 19 Mars, quatre personnes. Mr Crouzat choisit seul les deux parents d’élèves, ni délégués au conseil d’école, ni au bureau de l’association des parents d’élèves, contrairement à ce que nous avions décidé. Après contact demandé par les parents d’élèves, tout rentre enfin dans l’ordre, mais je n’ai aucune information : on y va ? on n’y va pas ? on se retrouve où ?  J’appelle Mr Crouzat la veille tard. On se retrouve à 15h. Heureusement que j’ai demandé une mise au point avant la rencontre avec l’Inspecteur d’Académie, car en relisant la lettre rédigée par Mr le maire, il est noté que nous avons 25 élèves au lieu de 28. Bravo encore…

Le pire, en réunion municipale une semaine plus tard, il revendique le fait d’avoir eu l’idée de demander rendez vous à l’académie, alors qu’il annonçait son intention d’envoyer un simple courrier. C’est bien de s’attribuer les idées des autres, surtout quand elles marchent.

  Création d’un foyer rural. J’expose en conseil municipal les avantages. Je fais un courrier que je transmets au secrétariat de mairie avec information pour le maire pour expédition aux associations du village. Ho surprise ! Mon courrier est signé….Gérard Crouzat, maire !

  Les Prats…C’est nous qui avons demandé que la salle du secrétariat de mairie soit exposée au Sud, et non la salle du conseil municipal qui ne nous réunit que le soir. C’est nous qui avons souhaité plus de place pour le bureau du secrétariat, c’est nous qui voulons que la bibliothèque soit transférée aux Prats, dans une grande salle (prévue salle des mariages), avec le personnel municipal en bas qui en facilitera la fréquentation…….et j’en passe.

  Dans notre groupe les discussions sont fréquentes, nombreuses et riches. Depuis trois mois le budget est au centre des débats, car c’est le seul moyen de repartir sur des bases saines. On bloque le fonctionnement du conseil municipal, et le préfet annule les élections, ou le maire démissionne.. Ça peut se faire très vite, et si personne ne s’obstine on ne pénalise pas la commune. Je ne crains pas de nouvelles élections, et suis persuadé que notre commune a grandement besoin d’être dirigée par une équipe issue d’une véritable légitimité. Je ne m’accroche en rien à mon mandat. Si la population pense que je ne sers pas ma commune, qu’elle mette à sa tête d’autres personnes plus compétentes. Mais si je suis élu, je veux que mon groupe et moi-même soyons respectés, et qu’à travers nous les électeurs qui nous ont fait confiance le soient également. Or au sein du conseil municipal ce n’est pas le cas. Refus de nous donner des postes à responsabilité, fréquents changements de position du maire (aménagement des Prats, piste de la vieille morte….), colères, perpétuelles corrections indécentes de tous nos comptes rendus de réunions, réunion publiques au cours desquelles nous sommes méprisés….Moi qui il y a trois mois voulais voter le budget y suis à présent farouchement opposé.  Je le lui ai dit en réunion, et le redis ici. Mr le maire, vous aviez au début de votre mandat ma confiance. Je pensais sincèrement qu’il était possible de mutualiser nos compétences, nos disponibilités, nos connaissances au service de notre commune. Je sais à présent que cela n’est pas possible, que vous voulez bien utiliser nos idées dans la mesure où ensuite vous vous les appropriez. Je sais  également qu’ il est illusoire de vous faire confiance. Combien de fois avons-nous été d’accord pour ensuite vous entendre dire le contraire ! Combien de dossiers négociés en catimini, mettant le conseil devant le fait accompli !  Je reconnais que pour la population, non investie dans le quotidien des affaires municipales,  vous voir dans la rue, en réunion, donne de vous une image de bon vivant consensuel, toujours disposé à faire plaisir

  Moi, je vous ai côtoyé, j’ ai travaillé avec vous, je vous ai écouté. J’ai à présent une toute autre image de vous en tant que premier magistrat, tant au niveau de la relation que de la connaissance et de la gestion des dossiers.  Vous comprendrez que dans le cadre d’une relation ou il n’y plus la confiance indispensable, je ne puisse par un vote positif cautionner  votre gestion de la commune. Voilà, pourquoi je ne vote pas le budget.

Je continuerai mon travail au sein du conseil municipal, mais préfère à présent porter prioritairement  les intérêts de notre commune au niveau de la communauté de commune, et œuvrer en particulier pour tout ce qui est culturel, associatif, environnement et développement durable qui sont tant ignorés au sein de notre conseil; J’ai surtout la profonde volonté de défendre le projet de reconstruction  du village vacances du Martinet.

Notre groupe est l’initiateur et le porteur au sein de la communauté de communes de ce magnifique projet. 

  Je ne peux encore garantir qu’il verra le jour tel que nous le rêvons, mais je mettrai, avec mes colistiers en particulier, toute mon énergie au service de ce dossier qui devrait aboutir avant la fin de notre mandat. J’espère, monsieur le maire, qu’il en sera de même pour votre projet de maison de retraite, et pense que vous nous tiendrez autant au courant de son évolution que  nous le ferons pour le site du Martinet.

               

                                                                Jean-Pierre HOURS

La piste forestière « des Cabasses » sur la vieille morte

Utiliser les ressources de la planète terre est compréhensible et vital. Les gaspiller l’est moins.

    Pour ce qui est de notre région, les Cévennes, les ressources sont riches, malgré peut-être les apparences, ne serait-ce que d’en avoir vu grimper l’immobilier pendant des années. Et si l’on ne roule pas en « Porsche » dans les Cévennes, l’air et l’eau y sont purs, le cadre de vie de qualité.

   Toute la finesse serait d’en tirer parti, pour un confort supplémentaire de chacun, sans en détériorer le fond. Nous  profitons déjà de l’immobilier et du tourisme qui laissent quelques devises non négligeables. Les anciens nous ont laissé un patrimoine fort et des ressources que nous pouvons recenser et gérer.

 

La Vieille Morte

est un de ces paysages des Cévennes, une de ces montagnes, recouverte d’une forêt de près de

3000 hectares

. Là cohabitent de manière équilibrée, la flore et la faune variées. De ses versants s’écoulent les sources qui viennent grossir le Galeizon côté nord et le Gardon côté sud.

Une draille millénaire serpente sur la crête. Elle faisait partie de la grande collectrice de Jalcreste qui prend naissance à Tornac et remonte jusqu’en Margeride. Les troupeaux font alors étape ou halte au mas du Péreyret, à l’Arrucadou, au Pausadou et encore plus loin aux Ayres, rejoints par d’autres transhumants venus d’Alès. Son ancienneté est attestée par les tumuli, les coffres à sépulture et les pierres à cupules qui la jalonnent.

Grâce à cette richesse, naturelle et historique, elle est classée ’’Réserve de biosphère’’ au programme de l’UNESCO* ’’Man and Biosphère’’, qui doit lui en assurer justement un développement durable Or tous ses versants font  l’objet d’une exploitation forestière, de la part de l’Office National des Forêts, qui en possède environ

800 hectares

et des propriétaires privés : coupes intensives pour plus de rentabilité, pour le commerce de la pâte à papier, palettes, planches, déroulage ou bois de chauffage, plaquettes, granulats… ?

  Gérer, n’est-ce pas là choisir des essences, faire des coupes d’éclaircie et de régénération, replanter, tout en maintenant l’équilibre actuel et la diversité biologique…éviter les transformations brutales du paysage et faire attention aux modifications profondes de l’identité et du caractère de notre territoire…concilier les préoccupations économiques et les objectifs des programmes de protection de la nature et de l’environnement ?

L’homme peut apprécier les grands espaces intacts où il trouve une sérénité et de multiples  petits détails pittoresques qui lui font encore croire au respect de la vie et à sa pérennité.

Rédigé le 3 avril 2009

*UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l’Éducation,

la Science

et

la Culture.